La légende de Clovis et Clotilde

 

Courbe la tête, fier Sicambre, brûle ce que tu as adoré, adore ce que tu as brûlé !

C’est par ces mots devenus célèbres qu’une nuit de Noël, autour de l’an 500, Rémi, l’évêque de Reims, aurait baptisé Clovis, le roi des Francs, le premier des rois mérovingiens. 

La scène, tirée des profondeurs du Haut Moyen Âge, est grandiose, magique presque : dans le baptistère parfumé, à la lueur des bougies, sans doute sous le regard bienveillant de son épouse, Clotilde, le chef païen s’est avancé au milieu de ses trois mille guerriers. Il s’est dépouillé de ses vêtements et de ses parures barbares ; puis, nu comme un ver, a pénétré dans le bassin pour y être baptisé. Un baptême qui, pour la postérité, allait devenir ni plus ni moins l’acte de naissance de la nation française. 

Laisser un commentaire