Parcourir la catégorie:

Radio

Le mariage secret de Louis XIV et Madame de Maintenon

https://www.franceinter.fr/emissions/autant-en-emporte-l-histoire/autant-en-emporte-l-histoire-13-octobre-2019

Exemple de la victoire de l’intelligence sur le droit du sang, l’union du Roi Soleil avec Madame de Maintenon est évoquée dans la fiction de Jean-Benoît Patricot, réalisée par Pascal Deux

Le destin de Françoise d’Aubigné, future Madame de Maintenon, ressemble à un conte de fées : née dans une prison, la jeune fille de petite noblesse, mariée à seize ans à un poète infirme, qui connut la pauvreté, l’errance, l’humiliation même de mendier son pain, allait un jour, ou plutôt une nuit, dans le somptueux château de Versailles, épouser le plus grand roi du monde.

Faut-il ne voir dans cette formidable ascension que la réussite d’une arriviste, dévote jusqu’à la bigoterie, austère donneuse de leçons, qui patiemment a tissé sa toile autour de sa proie, Louis XIV, ce roi-don Juan, qu’elle prétendait, ni plus ni moins, sauver de lui-même ?

C’est ainsi, en tout cas, que ses ennemis la dépeignent : « vieille guenon », « crotte de souris », « sorcière »… La belle-sœur du roi, par exemple, ne mâche pas ses mots à son égard.

Mais l’histoire de Madame de Maintenon est sans doute aussi bien autre chose : celle d’une femme d’esprit et de lettres qui gagna le cœur d’un roi. La victoire de l’intelligence sur le droit du sang.

 

La JOCONDE, un mystère de Léonard de Vinci

https://www.franceinter.fr/emissions/autant-en-emporte-l-histoire/autant-en-emporte-l-histoire-08-septembre-2019

À l’occasion du 500e anniversaire de la mort de Léonard de Vinci, des expositions, des publications et cette émission de Stéphanie Duncan qui vous propose une fiction de Jean-Benoît Patricot, réalisée par Cédric Aussir.

La Joconde… le tableau le plus célèbre au monde, l’œuvre d’art par excellence, d’une valeur telle qu’elle n’a plus de prix.

Des milliards de fois reproduite, détournée, grimée, collée sur des mugs, chaussettes, bouteilles de vin, préservatifs… Au milieu de cette profusion d’images, jusqu’à la nausée, est-il encore possible de regarder la Joconde ? D’oublier la moustache dont l’avait affublée Marcel Duchamp et de se laisser surprendre par ce tableau singulier ?

On sait que Léonard de Vinci ne voulut jamais s’en séparer, même quand en 1516, invité par François Ier, il partit dans un incroyable périple vers la France. On n’ose imaginer la Joconde volée par des brigands de grand chemin !

Au musée du Louvre, derrière le mur de verre qui la protège des fâcheux, Mona Lisa qui, en plus de 500 ans, en a vu passer, semble bien indifférente à l’agitation du monde : elle nous regarde(c’est une maîtresse-femme, elle ne baisse pas les yeux !), ses jolies mains croisées posées sur l’accoudoir, elle nous sourit doucement, semblant nous dire quelque chose. Mais quoi ? Mystère…

Les frères Nadar, aventuriers de la photographie

Les frères Nadar ont révolutionné le regard que nous portons aujourd’hui sur le monde. Si les visages de ces gloires du XIXe siècle nous sont devenus familiers :  Victor Hugo, vieux sage à la barbe blanche, George Sand impériale, Sarah Bernhardt vibrante tragédienne, Baudelaire regard intense pris sur le vif, Gérard de Nerval immortalisé quelques jours avant son suicide… Ces visages, et bien d’autres, connus ou moins connus, s’ils font partie aujourd’hui de notre mémoire, c’est parce qu’un jour ces hommes et ces femmes ont posé devant l’objectif bienveillant et malicieux de Félix et Adrien Tournachon, alias Nadar, profession: photographes.

Voici la nouvelle fiction écrite par Jean-Benoît Patricot, à ré-écouter.

Pour écouter l’émission : FICTION NADAR

Photo de Sarah Bernhardt par Nadar
Photo de Sarah Bernhardt par Nadar

TRUFFAUT L’HOMME QUI AIMAIT LE CINÉMA

En vingt et un films, François Truffaut s’est forgé une place particulière dans le cinéma français. L’homme et son œuvre sont devenus indissociables. Qui des films ou de la vie a inspiré l’autre ? Difficile de répondre. Dans Les 400 coups,l’enfance d’Antoine Doinel, éclairée par la gouaille de Jean-Pierre Léaud, devient celle de Truffaut puis, à travers le prisme de l’aventure romanesque, elle acquiert le statut d’histoire officielle. Né de père inconnu, ignoré par sa mère, Truffaut a grandi sans être regardé, alors pour fuir le quotidien grisâtre de la France occupée, il plonge dans l’écran de cinéma ou se réfugie dans la littérature.

Pour écouter l’émission « Affaires sensibles » sur France Inter : FICTION